Mangrove Kampot

Kampot

Kampot, entre la campagne et la mer

Après notre séjour sur l’île de Koh Rong Samloen, où nous avons apprécié la beauté de ses plages préservées, direction Kampot. Kampot n’est située qu’à 2h de route d’Otres village, où nous avons logé une nuit après notre retour de l’île.

A Kampot, nous avons réservé un bungalow dans une guesthouse au milieu de la mangrove. Nous sommes certes éloignés de la ville de Kampot mais comme de toute façon la majorité des choses à voir se trouve aux alentours dans la campagne, à Kampot ou à Kep, nous avons prévu de louer un scooter pendant plusieurs jours. Nous sommes accueillis par Julien et Ludivine ils sont bénévoles à la guesthouse. Le propriétaire Trévor vient de Singapour. Nous avons passé de bonnes soirées avec eux, à jouer au billard ou à regarder un film.

Bungalow Kampot

Etre situé dans la mangrove a ses avantages, la beauté du lieu mais aussi ses inconvénients. Le matin nous étions réveillés assez tôt, vers 4h30 ou 5h du matin, par le bruit des moteurs des bateaux, rentrant de leur nuit de pêche. Les bungalows en asie ne sont pas insonorisés, il s’agit plutôt de cabanes dont les murs sont fait en bambous tressés.

Les bungalows ne sont pas non plus protégés contre les nuisibles. Nous avions été prévenu de ne garder aucune nourriture dans nos sacs. Nous avons fait attention, mais les souris se sont quand même attaquées à nos sacs. Elles ont rongé le tissus pour pénétrer à l’intérieur. Dans le sac de Louison, il restait un grain de café oublié, ramassé au Laos, et dans le sac de Damien juste des sacs plastiques qui avait contenu du pain auparavant. Elles ont aussi rongé le bouchon en plastique de notre solution hydro-alcolique pour l’ouvrir, là on a pas trop compris pourquoi ?

 

Les alentours de Kampot

La ville de Kampot est agréable, notre endroit préféré reste l’Epic Art café. Il s’agit d’un café-restaurant employant des personnes avec des difficultés. Plusieurs sont amputés d’un membre et d’autres sont sourds ou muets. Nous avons apprécié le concept de ce restaurant, mais surtout nous nous y sommes régalés ! Ils y font une cuisine du monde, comme des empedillas ou du taboulé. Mais le meilleur par dessus tout, c’est leur cheesecake à la vanille !

Epic café Kampot

Bonnes adresses où manger :

    • Epic Art Café, tout y est délicieux, leur patisseries et leurs plats. Nous nous sommes régalés à chaque fois !
    • Aroma house, cuisine libanaise, pour changer un peu 😉
    • Kimly restaurant, pour gouter au crabe au poivre vert 

Il y a aussi plusieurs boutique de souvenirs dans le centre-ville de Kampot. Et nous avons visité le marché local: des centaines d’échoppes minuscules, sous un grand hangar en tole.

Marché Kampot

En partant vers le sud, nous avons traversé la presqu’île de fish island jusqu’à la pointe. Rien d’exceptionnel, juste des marais salants à perte de vue. Le soleil cogne vite avec les reflets sur l’eau.

La route au Nord de Kampot, longe la rivière, elle est plus agréable. La végétation dense borde le chemin de terre rouge, laissant apercevoir des canaux au milieu de ces cathédrales de verdure.

Mangrove Kampot

Au Nord-Est, il y a plusieurs grottes que l’on peut visiter. Nous avons visité « Cave Temple » impressionnante par sa hauteur, mais elle n’est pas très profonde.

Grotte Kampot

Et à l’Est il y a le « secret lake » une belle étendue d’eau. Par contre le chemin pour s’y rendre était chaotique. Suite à un orage la veille, il était parsemé de flaques de boues. Il fallait rouler très lentement, et même comme ça nous étions bien secoués.

Nous ne sommes pas allés à l’Ouest jusqu’au parc du Bokor. Avant il était réputé pour son ancien casino abandonné. Mais ce n’est plus le cas aujourd’hui, le casino a été repris et il est en travaux. Le Bokor reste aussi un parc situé en hauteur avec une vue imprenable sur la région. Mais nous avons préféré rester dans les alentours.

Balade en bateau dans la mangrove

Notre Guesthouse propose un tour en bateau de 2h30. Nous descendons la rivière, au milieu de la mangrove, dans une végétation dense et luxuriante puis petit à petit le cours d’eau s’agrandit pour arriver jusqu’à l’embouchure avec la mer.

Mangrove Kampot

Notre bateau nous dépose sur des petites cabanes de pêcheurs sur pilotis, d’un côté la mer, de l’autre la mangrove. Il s’agit de cabanes où les pêcheurs viennent se reposer ou déjeuner au retour de leur pêche.

Cabane de pécheur Kampot

Pêcheurs Kampot

Nous y sommes au moment du coucher du soleil. Il est un peu nuageux ce soir mais reste magnifique. Le ciel se colore de ses couleurs rosés et mauves. Nous restons à admirer la vue, les bateaux de pêche passent devant nous. Ils s’en vont pour toute la nuit pêcher en mer.

Nous avons vraiment apprécié cette virée, le bruit du moteur est assez fort et le trajet long. Mais pouvoir se balader seuls sur ces pilotis et admirer un coucher de soleil magnifique, ça vaut vraiment le coup !

Coucher de soleil Kampot

Lors d’une de nos soirées à la guesthouse, nous avons pu observer à nouveau du plancton phosphorescent. En grande quantité cette fois, il était nettement visible, rien à voir avec notre baignade à Koh Rong Samloen.

En remuant l’eau, nous voyons tout de suite le plancton s’illuminer ! C’est assez intriguant, on se croirait dans le film Avatar. Nous avons appris qu’une des conditions pour le voir est la marée. Il n’est visible qu’à marée haute, ce dont nous n’avions pas fait attention sur l’île.

Plantations de poivre

Nous avons visité deux plantations de poivre : « Sothy’s farm » et « la plantation ».

« La plantation » a été crée il y a 5 ans par un couple de franco-belge. Dans Kampot, on voit des affiches pour cette plantation partout. Ils ont plus de 1500 visiteurs par jour. En arrivant, vous trouverez un gardien sur le parking pour vous accueillir. Il y a un restaurant et une rotisserie sur place. Et pour la visite il y a plusieurs guides, francophones ou anglophones.

La Plantation Kampot

Kampot La Plantation

« La plantation » est étendue sur 10ha, certifiée agriculture biologique, avec une production de 20 tonnes prévisionnelles pour 2018. Il y a plus de 100 salariés à l’année et 150 en période de récolte.

Et à côté de ça, « Sothy’s farm », sur 70 ares, 800 pieds de poivre, pour une production d’une tonne par an. Tout est vendu sur place, et il y a un petit restaurant. Ils emploient 10 salariés à l’année (dont 5 au restaurant) et 15 en période de récolte. Nous sommes accueillis par des bénévoles en woofing.

La ferme est autonome en énergie, certifiée agriculture biologique et utilise des techniques de permaculture comme des pieds de citronnelle pour attirer les sauterelles, prédateurs d’autres insectes néfastes pour les plants de poivre.

Kampot Sothy's Farm

Sothy's Farm Kampot

Dans les deux cas, le poivre est trié à la main, un travail fastidieux. Puis il est séché dans des serres à la chaleur du soleil. Il existe trois types de poivres : le poivre vert qui est du poivre frais, le poivre noir qui est en réalité du poivre vert séché et le poivre rouge est allé jusqu’à maturité puis séché. Le poivre blanc n’est en fait que du poivre rouge « lavé », sans sa pellicule.

Triage du poivre Kampot

Séchage du poivre Kampot

Nous avons donc découvert deux plantations aux systèmes et à la dimension bien différentes, on vous laisse deviner laquelle des deux nous avons préféré !

Marché aux crabes de Kep

Dés le matin nous voulions nous rendre à Kep, mais au bout de 5km. Nous avons entendu un grand bang comme un coup de pétard. On s’arrête, notre pneu arrière est à plat.

Par chance, nous apercevons un garage à moins de 10m. Nous y amenons notre moto, le diagnostic tombe: le pneu à éclaté. Il était presque lisse, on pouvait même voir la toile par endroit. Il y avait un trou dans lequel on pouvait y passer un doigt.

Pneu éclaté

Le garagiste khmer nous annonce 15$ pour changer le pneu et la chambre à air. Nous n’avons aucune idée des prix de référence pour ce genre de réparation, nous tentons d’appeler notre guesthouse sans succès. Nous acceptons son offre et en 45min le pneu est changé, nous pouvons repartir pour Kep.

Arrivés à 11h au marché au crabe, il n’y en a plus beaucoup dans les étalages. Nous nous installons dans un des restaurant à proximité avec vue sur la mer et commandons une assiette de crabe au poivre vert. Nous nous sommes régalés, même si on s’en met plein les doigts.

Crabe bleu Kep

Au Kimly restaurant, une petite assiette de crabe au poivre et un plat de riz est suffisant pour deux.

Parc national de Kep et jardin aux papillons

A Kep nous observons beaucoup de maisons au style colonial qui semblent assez récentes mais pourtant abandonnées. Nous apprendrons qu’il s’agit d’une zone où beaucoup d’expatriés sont venus s’installer durant le siècle dernier, notamment pour la production de poivre.

Mais lors de la révolution des Khmer Rouge en 1975, tout le monde a été chassé et les plantations de poivres détruites car il ne s’agissait pas d’une culture vivrière. La reconstruction a été longue, sachant qu’il faut 3 années avant qu’un plan de poivre puisse être récolté.

Kep maison abandonnée

Aujourd’hui Kampot et Kep sont à nouveaux des lieux attirant les expatriés et ils sont nombreux à s’y être installés.

Nous visitons le jardin aux papillons, il s’agit d’un jardin aménagée avec une immense volière dans laquelle virevoltent plusieurs espèces de papillons. Il faut malgré tout avoir l’oeil pour les repérer, ils sont très beaux.

Papillon Kep

A Kep, il y a aussi un parc national sur la colline au milieu de la ville. Nous avons d’abord suivi le sentier en gravier, assez facile, que certains font en scooter ou en voiture.

Kep national parc

Kep national parc 2

Puis nous avons voulu prendre un autre chemin. Et là nous nous sommes retrouvés sur un sentier balisé mais à peine visible, avec beaucoup de végétation autour de nous. Puis nous avons commencé à grimper le long d’un ruisseau asséché. Le sentier est devenu de plus en plus pentu et rocailleux, si bien que des cordes avait été installé pour se hisser. Sans ces cordes nous n’aurions pas réussi.

Il s’agit d’une des randonnées les plus hardues que nous ayons eu jusqu’ici.

Après cette petite semaine dans la campagne de Kampot, nous reprenons la route pour notre dernière destination au Cambodge: Phom Penh, la capitale. Nous avons apprécié l’ambiance à Kampot et nos excursions en scooter aux alentours.

 

Quel budget faut-il prévoir ? (Mars 2018, 1€ = 1,22$ et 1$ = 4000 riels):

      • Bus Otres Village – Kampot 5$/pers
      • Tuk tuk Kampot jusqu’à la guesthouse Man Groove 4$
      • Nuit en bungalow à Man Groove 5,4$
      • Location d’un scooter 4$/jour
      • Entrée au parc national de Kep 1$/pers
      • Tour en bateau dans la mangrove 6$/pers
      • Entrée au Butterfly garden 1$/pers
      • Entrée grottes 1$/pers

La photo de Loup et Louve :

Loup et Louve Kampot

Partagez !

Laisser un commentaire