Torres del Paine. rivière 2

Patagonie Chilienne

Patagonie Chilienne, le vent souffle

Nous avons pris un avion depuis Calama, à côté de San Pedro de Atacama. Pour une fois, nous changeons notre mode de transport et prenons l’avion pour rejoindre le sud du Chili, la Patagonie ! Deux vols entrecoupés d’une escale de 6h à Santiago.

A la base, nous devions prendre un avion à 9h du matin avec 3h d’escale, puis un second vol, qui devait nous faire arriver à 19h à Punta Arenas. Mais notre compagnie Jetsmart, a eu la bonne idée, 2 semaines avant notre vol, de décaler les horaires. Le 1er vol a été retardé de 4h et le second, avancé de 4h. Vous voyez le problème ? Correspondance annulée …

Nous avions le choix de modifier nos vols (avec surcoût) ou de se faire rembourser. Comme nous n’allions pas annuler la Patagonie, à la dernière minute, nous avons modifié un des deux vols. Résultat nous arrivons à Punta Arenas à 2h du matin et le total du prix des billets a doublé.

Punta Arenas

Punta Arenas n’étant pas une grande ville, nous n’avons pas trouvé d’hôtel ouvert 24/24h dans lequel on puisse débarquer à 2h du matin. Ce sera donc une nuit dans l’avion et à l’aéroport pour nous.

Heureusement, même si nous sommes en Patagonie et qu’il fait 4°C, l’aéroport est chauffé. Nous trouvons un banc et patientons/ dormons en attendant le matin. Autre bonne nouvelle, il y a du wifi, l’attente sera moins longue.

Punta Arenas rue

Punta Arenas Kiosco roco

A 7h du matin, nous prenons un taxi jusqu’au centre-ville. Il fait froid le vent souffle, nous n’avons pas encore sorti nos vêtements chauds. Tout est encore fermé, nous trouvons refuge dans une petite cafétéria Kiosco Roca.

Bonnes adresses où manger :

  • Kiosco Roca : leur spécialité : le Choripan, deux petits pains avec du beurre de Chorizo et de la mayonnaise ou du fromage. Nous en commandons deux chacun avec un café latte. Ca fait un bien fou de pouvoir se réchauffer !

Choripan

A la recherche des manchots

Nous demandons à la serveuse, où trouver une agence pour aller voir des manchots. Elle nous donne une adresse, malheureusement toutes les agences sont fermées, elles n’ouvrent pas avant 9h.

On décide d’aller à la station de bus pour réserver nos prochains billets de bus en attendant. Nous tombons sur une française, qui nous déconseille les manchots de l’île magdalena. Elle nous dit qu’à priori il est encore trop tôt en saison, les manchots ne sont pas encore arrivés du Brésil. Ils profitent encore de la plage !

Mais nous avons croisé d’autres voyageurs, qui quelques jours après nous, ont vu les manchots en pleine ponte !

L’autre excursion pour aller voir des manchots rois, mais elle dure une journée complète. Départ 7h du matin et retour à 21h, nous n’avons pas assez de temps pour ça.

Punta Arenas statue

Punta Arenas

Punta Arenas ponton

Cette française habite ici depuis 3 ans et nous dit que c’est dommage que nous ne restions pas plus longtemps à Punta Arenas, car il y a plein de chose à faire. Même si les blogs et guides n’en parle pas beaucoup.

Il est par exemple possible de continuer la route vers le sud, pour de belles randonnées et voir le phare le plus austral du continent ! Mais l’autre inconvénient c’est qu’il vaut mieux avoir une voiture pour faire tout cela.

Nous retournons voir des agences de voyages pour se renseigner sur les îles Magdalena. Elles nous annoncent le prix, plus du double de ce que nous avions vu sur internet et il est bien trop élevé pour notre budget. Nous oublions les manchots, ce ne sont pas des oiseaux pour nous. Heureusement que nous en avons croisé quelques-un au Pérou, aux îles Balestas !

Accueil chaleureux

Nous rejoignons notre air’bnb en bus, il est à 4 km du centre, dans un pavillon de la zone Franca. Nous sommes accueilli par Elena, qui s’était levé bien tôt pour nous accueillir.

Elle s’attendait donc à nous voir arriver très tôt chez elle, car nous l’avions prévenu que nous arrivions en vol de nuit. Nous sommes tout gênés du malentendu et lui acheterons des chocolats pour se faire pardonner.

Punta Arenas Sirènes

Elena habite juste à côté d’un centre commercial où tout est « duty free ». Nous lui avons demandé la raison. Elle nous a expliqué qu’au Chili, il y a deux zones sans taxes, appelées « zone franca », à chaque extrémité du pays : Iquique et Punta Arenas. Comme le transport pour y acheminer les marchandises est très compliqué, ces deux zones sont exonérées de taxes.

L’accueil d’Elena était excellent, nous avons eu une chambre tout confort. Et Elena nous a même déposé à la station de bus le lendemain.

Puerto Natales

Le lendemain, après une grasse matinée pour rattraper notre sommeil. Nous prenons le bus jusque Puerto Natales. Le bus réalise un arrêt à l’aéroport, pour prendre d’autres passagers.

La route est belle, nous admirons les paysages de Patagonie. Des prairies pauvres avec des arbres tordus balayés par les vents, quelques buissons et beaucoup de moutons !

Cela nous rappelle les paysages du sud de la Nouvelle-Zélande autour de Dunedin et Invercargill. Nous remarquons également quelques oiseaux que nous ne connaissions pas.

Des sortes d’oies et d’Ibis, avec la tête doré et un long bec courbé. Et après les cygnes noirs en Nouvelle-Zélande, ici, nous croisons des cygnes blancs au cou noir.

Puerto Natales Cygne à col noir

Le bus nous dépose à la station, nous prenons quelques renseignements pour les prochains jours. Puis rejoignons notre air’bnb, nous logerons chez David et Céline. Un jeune couple chilien-allemand, qui ont décoré leur maison avec goût. Nous avons beaucoup discuté avec eux !

Nous avons une chambre et partageons les espaces communs, cela nous permet de faire la cuisine. Mais avant il faut faire les courses, nous trouvons un Unimarc. Il est bondé il n’y a que trois caisses ouvertes et une queue de 20 personnes à chaque caisse.

Puerto Natales ponton

Puerto Natales Louison

Puerto Natales

Nous surveillions la météo, même si la Patagonie à pour réputation de voir passer toutes les saisons en une journée. Les plus belles journées semblent être pour vendredi et samedi.

Le 1er jour sera encore repos, nous ferons le tour de la ville. Une balade le long de la côte, où il y a plusieurs statues. Dont une statue particulière, celle du Milodon, un animal préhistorique, légende locale.

Puerto Natales statue 2

Puerto Natales statue

Puerto Natales Milodon

Torres del Paine

Samedi matin, nous nous levons tôt, un bus nous emmène au parc à 7h.

Le parc Torres del Paine est réputé et attire des milliers de visiteurs. Il est géré en partie par des compagnies privées qui ont bien compris que peu importe le prix, les touristes continuent de venir.

Du coup les prix se sont envolés. Même si l’entrée est déjà bien chère, il faut aussi payer pour le moindre service.

Torres del Paine.

Arrivés au parc, nous prenons notre entrée. Il faut penser à la faire tamponner à l’arrière, si vous souhaitez revenir dans le parc. Puis nous prenons une navette (payante) pour nous emmener à 7 km d’ici au centre de bienvenue.

C’est de la que débute la randonnée jusqu’au mirador de Las Torres. Au total 20 km aller-retour avec 750 m de dénivelé. Nous passons à côté de l’hôtel Las Torres, vu les prix que nous payons rien que pour passer la journée au parc, on ose pas imaginer le prix de la nuit !

Torres del Paine. 2

Torres del Paine

Torres del Paine. rivière

Torres del Paine. Ormes

Ici, les vents balayent la plaine régulièrement, les quelques arbres présents sont déformés. Nous longerons les flancs de la vallée Chileno, jusqu’au refuge du même nom.

Il y a un camping avec des tentes sur des plate-formes. Nous croisons des chevaux qui ramènent les déchets du refuge.

Torres del Paine tentes camping

Torres del Paine. gestion déchets

De là nous traversons la rivière, l’eau issue des glaciers et d’un bleu magnifique. Puis nous traversons une forêt d’Ormes, c’est le printemps ils sont bien fournis.

Las Torres

Pour finir, nous attaquons la dernière partie, une montée plutôt raide au milieu des gros rochers. Nous sommes un peu cassé, une année de randonnée, ça fini par se sentir dans les jambes. Nous n’avons plus la même énergie que pour nos premières grandes randonnées en Nouvelle-Zélande.

Enfin arrivés au sommet, nous découvrons le spectacle final : las Torres, les trois tours se dressent devant nous.

Il y a un lac bleu entre nous et les tours, le décor est magnifique. Une petite séance photo, avant de faire marche arrière et de reprendre le même chemin.

Torres del Paine Louison Damien

Torres del Paine 2

Nous mettrons 7h pour réaliser cette randonnée. Du coup nous sommes bien en avance au centre d’accueil.

Il est 16h20, et la navette qui nous ramène au parking du bus n’est pas avant 19h15. Nous avons épuisé nos biscuits, on craquera pour un muffin à la carotte auprès du centre d’accueil.

Retour à Puerto Natales

La navette nous emmène pour notre bus, mais celui-ci sera en retard. Nous l’avons attendu presque 1h sur le parking. Heureusement pour patienter on peut observer les oiseaux de la Patagonie. Il y en a certains de drôle de couleur avec un torse orange vif !

Bonnes adresses où manger :

  • Grey Dog : pour tester une Pichanga bien copieuse après une journée de randonnée

De retour à Puerto Natales à 22h passé, nous prenons une Pichanga. Un plat de frites avec des morceaux de viandes : boeuf, poulet et saucisses, mais aussi des avocats, tomates et oignons caramélisés. Un plat pour deux est suffisant !

Pichanga

Nos hôtes sont partis camper pour la nuit, nous avons la maison pour nous. Le lendemain, nous avions pensé repartir une journée sur le parc Torres del Paine. Mais la randonnée nous a bien fatigué, on sent les 20 km dans les jambes. Et le prix demandé pour se rendre au parc est un peu abusé.

Donc nous n’aurons vu qu’une petite partie du parc, il y a sûrement des lieux bien plus beaux, mais ce sera tout pour nous. Nous profiterons du temps magnifique pour se balader à nouveau dans Puerto Natales. Nous réservons nos billets pour le lendemain direction : El Calafate, en Argentine !

Quel budget faut-il prévoir ? (Novembre 2018, 1 € = 765 Pesos Chiliens):

  • Nuit à Punta Arena Air BNB chez Elena 18 300 Pesos Chiliens
  • Taxi depuis l’aéroport 8 000 Pesos Chiliens
  • Bus local 310 Pesos/pers
  • Bus Punta Arenas à Puerto Natales 8 000 Pesos/pers
  • Nuit à Puerto Natales 23 400 Pesos Chiliens
  • Aller-retour en bus pour le parc Torres del Paine 12 000 Pesos/pers
  • Entrée au Parc Torres del Paine 21 000 Pesos/pers
  • Aller-Retour Bus Navette à l’hôtel Los Torres 6 000 Pesos/pers
  • Bus Puerto Natales à El Calafate 17 000 Pesos/pers

La photo de Loup et Louve :

Torres del Paine. Loup et Louve

Partagez !

Laisser un commentaire